Paris Combô 2

Quer escutar?
Aproveita…

Pas à pas

Depuis longtemps, je n’sais pas
Où me mène le vent
Voilà pourquoi je n’suis pas
Ceux qui marchent devant
C’est le chemin le plus beau
Qui en a tenté plus d’un
Le mien se fait au sabot
Que je pose tous les matins
Au gré des embruns

Ce monsieur fait ce qu’il veut
Madame sait pas si elle doit
Un enfant qui ferait mieux
de grandir comme il le croit
Un cheminot sur des rails
Qui regarde passer les vaches
Une perle dans un serail
Qui ne veut plus qu’on l’attache
Un antiquaire amoureux
Qui soudain se trouve trop vieux
Y’a déjà du mieux…

(Refrão:)
On verra,
On verra si ça vaut pas
Le coup d’oeil, là-bas
Là-bas, juste un peu plus bas
On verra, on verra
On voit bien que ça n’va pas
Non, non, les pas cadencés
C’est pas comme ça qu’on va danser…

Depuis longtemps, je n’sais pas
Où mène le vent
Voilà pourquoi je n’suis pas
Ceux qui marchent devant
Certains semblent être poussés
Par de grands vents d’idéaux
D’autres sont restés à quai
Car ces pauvres matelots
N’ont pas le vent dans l’ dos

Ce monsieur fait ce qu’il peut
Madame est sûre de son droit
Un enfant qui fait des envieux
Dès qu’il pose ses premiers pas
Un fakir, un prothésiste
Qui se trompent et qui insistent
Un éléphant blanc de blanc
Qui, comme il peut, se défend
Pour ses défenses aériennes
Ces deux, qu’il considère siennes
Faudrait lui laisser…

(Refrão)

Depuis longtemps, je n’sais pas
Où me mène le vent
Voilà pourquoi je n’suis pas
Ceux qui marchent devant
C’est le chemin le plus beau
Qui en a tenté plus d’un
Ce fameux sentier battu
Qu’on a battu comme des chiens
Mais pour tous, c’est pas à pas
A quattre pattes dans les broussailles
Qu’on fera des trouvailles…

Sobre Monica Carvalho
Pelos motores de busca e por um comentário há tempos aqui no meu blog, imagino a quantidade de figuras que acham que o Nina e eu é o blog da modelo que posou nua na revista. Que desilusão ao perceber que a homônima aqui escreve muito sobre cinema, músicas estranhas, política e comunicação social, quando não escreve uns contos ou umas poesias. Aqui, caro leitor, não tem bundinha de fora, nem peitinho à mostra, nem pelos púbicos ou partes depiladas. Mas às vezes, acabo comentando acerca de umas safadezas que acontecem nesse nosso mundo doido de pedra. Algumas delas são mais indecentes que qualquer imagem de revista masculina. Ai, ai, mundo cruel, sobretudo para os internautas necessitados que na busca de uma fotinho pra aliviar as entranhas, têm que tocar o bicho com meus comentários sobre política internacional ou ao som do Tom Zé.

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão / Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão / Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão / Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão / Alterar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: